Actu du 19 mars 2019

DSC00345sEnR : Les Français de plus en plus confiants vis-à-vis des installateurs d’équipements énergétiques

Si les résultats de cette 9ème édition du baromètre annuel OpinionWay pour Qualit’EnR confirment l’attachement profond des Français pour la transition écologique et les énergies renouvelables, ils révèlent un niveau de confiance jamais atteint vis-à-vis des installateurs d’équipements énergétiques.

Un point qui doit mettre du baume au cœur à tous ceux engagés, depuis plus de 10 ans, dans la formation et la montée en compétence de la filière de l’acte de bâtir (RGE et dispositif FEE BAT)  et plus spécifiquement des artisans et des entreprises. Un travail de longue haleine qui semble enfin porter ses fruits et doit impérativement être soutenu et amplifier dans les prochaines années pour accroitre la qualité des travaux et renforcer plus encore le contrôle des entreprises. Le prochain baromètre sera particulièrement attendu sur cette question. En attendant, Richard Loyen, conseiller du Président de Qualit’EnR s’est d’ores et déjà félicité de ce score et n’a pas manqué de rappeler « l’engagement de son association pour la qualité d’installation dans les énergies renouvelables où la filière bénéficie d’un dispositif qualité complet : de la formation jusqu’au contrôle des réalisations, en passant par la qualification RGE des entreprises. »

Découvrez les principaux enseignements du 9ème baromètre OpinionWay pour Qualit’EnR, une édition enrichie de nouveaux items et de nouvelles questions
Des attentes fortes pour le pays en matière de transition écologique

L’avenir énergétique du pays passe par les énergies renouvelables que les Français estiment toujours devoir être encouragées avec un soutien allant de 89 % (solaire thermique) à 70 % (bois énergie).  Les autres filières obtiennent les scores suivants :  PAC (84 %), photovoltaïque (81 %)  et éolien (77 %).

Des chiffres largement supérieurs à ceux du gaz naturel (61 %), du nucléaire (46 %) et des énergies fossiles (20 % ou moins). Au total, 97 % de Français encouragent le développement d’au moins une filière d’énergie renouvelable tandis qu’ils rejettent de plus en plus massivement les énergies fossiles (-2 points pour chacune d’entre-elles par rapport à 2018). En ce qui concerne le nucléaire, si plus d’un Français sur deux y reste opposé (52 % de détracteurs) on observe que depuis 2016 (plus bas historique) cette filière est en légère mais constante progression.

En matière d’équipements résidentiels, les Français accordent leur confiance aux pompes à chaleur (82 %) qui arrivent en tête, suivi par les chauffe-eau thermodynamiques (nouvel item), les panneaux solaires (81 %) et le bois énergie (75 %), avec un renforcement général de la confiance forte dans toutes les filières.

 

L’engagement individuel des Français : de consommateurs à consom’acteurs

 

87 % des Français se disent prêts à engager des actions individuelles pour contribuer à la transition écologique. Les bonnes résolutions concernent avant tout le secteur de la consommation (73 %), suivie par celui de l’énergie domestique (59 %) puis des transports (56 %). Les Français préfèrent agir au niveau de leur logement plutôt que leurs déplacements (mobilité douce ou partagée, achat d’un véhicule électrique ou hybride, destination des vacances).

 

1 Français sur 3 se dit prêt à contribuer à la transition écologique en passant aux énergies renouvelables pour son chauffage (35 %) ou en lançant une rénovation énergétique de son logement (33 %). Ces projets sont par ailleurs les plus cités parmi les actions nécessitant un engagement financier important, devant le passage à un véhicule propre électrique ou hybride (30 %). Enfin, 84 % considèrent que les énergies renouvelables devraient devenir la norme dans le logement.

Par ailleurs, comme en 2018, s’ils avaient des panneaux solaires, ils sont 88 % à préférer consommer en priorité leur propre électricité plutôt que de la revendre intégralement Le schéma de la « rente » solaire ne séduit plus que 8 % d’entre eux en 2019. Avec l’autoconsommation photovoltaïque, le partage de l’énergie devient un vecteur de lien social et de solidarité : 23 % des Français choisiraient de vendre ou échanger localement leur surplus d’électricité (+ 2 points) et 11 % de l’offrir à une association ou à des personnes en situation de précarité énergétique (+ 1 point).

 

 Les sondés accordent de plus en plus leur confiance aux installateurs

 

La confiance des Français envers les installateurs d’équipements énergétiques, en forte progression, atteint son plus haut historique (71 %, + 9 points par rapport à 2018). Cet indice a grimpé de 19 points depuis la première vague du sondage en 2011 (52 %). Chez les propriétaires, plus susceptibles d’engager des travaux pour leur logement, la confiance envers les professionnels de l’énergie atteint même 75 %.

 

La première attente à l’égard des professionnels des énergies renouvelables est la qualité d’installation (65 %, + 3 points), suivie par la maintenance et le service après-vente de qualité (62 %). Les Français n’attendent pas majoritairement de garantie de résultat (47 %), pas plus qu’un audit énergétique de leur logement (23 %). Enfin, la capacité à assurer un accompagnement administratif de qualité reste une demande minoritaire (20 %) mais progresse fortement (+ 6 points), probablement pour être en mesure de bénéficier des différentes aides à l’équipement.

 

La démarche qualité et le bouche-à-oreille sont les deux premiers facteurs de confiance pour choisir un professionnel. Disposer d’un label de qualité ou d’une qualification est historiquement le premier critère et se maintient très haut en 2018 (79%, – 1 point). Mais cette année, ce gage de confiance est devancé de peu par la recommandation d’un proche qui progresse fortement (81 %, + 7 points). Les références d’installations (70 %) et la proximité géographique (68 %, + 4 points) s’affirment également comme des critères importants. A l’inverse, les avis positifs en ligne (44 %) et la présence sur Internet (42 %) sont encore minoritaires comme facteur de confiance pour un projet d’équipement énergétique.

 

La prime « coup de pouce chauffage », un véritable déclencheur pour passer du fioul aux énergies renouvelables

 

41 % des Français déclarent être équipés d’au moins un appareil valorisant les énergies renouvelables pour leur logement (+ 6 points), un taux d’équipement qui atteint même 61 % chez les propriétaires de maisons individuelles. Les premiers mérites attribués à ces systèmes sont de favoriser l’indépendance énergétique (87 %, + 2 points) et de se sentir bien chez soi (87  %, + 2 points). La capacité à faire des économies apparait toujours légèrement en retrait face aux autres atouts (78 %) mais progresse en 2018 (+ 4 points).

 

Pris individuellement, les appareils bois énergie indépendants sont les équipements les plus répandus : inserts de cheminée (15 %) et poêles à bois (13 %). 11 % des Français ont une pompe à chaleur, 7 % possèdent des panneaux photovoltaïques et 5 % un chauffe-eau solaire. Les systèmes solaires combinés (4 %) et les chaudières bois (3 %) ferment la marche. La présence de tous ces équipements progresse de 1 à 2 points par rapport à 2018, hormis les poêles à bois (stable) et les chaudières à bois (-1 point). Le chauffage électrique représente environ un tiers (35 %) des équipements énergétiques en résidence principale, à égalité avec les chaudières fioul et gaz.

 

Pour les chaudières fioul et gaz, la moitié des personnes concernées déclarent être équipées d’une chaudière ancienne, soit un parc de plusieurs millions d’équipements de chaudières à rénover dans la prochaine décennie. Cela signifie également que près de 1 ménage sur 5 peut bénéficier de la nouvelle prime à la conversion proposée par le Gouvernement, qui va de 2.500 € à 4.000 € selon le niveau de ressources, pour remplacer leur ancienne chaudière par un système valorisant les énergies renouvelables. 57 % des Français éligibles à cette aide « coup de pouce chauffage » considèrent que cette aide pourrait être un déclic.

 

Rappel de la méthodologie

 

Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 1.002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les interviews ont été réalisées les 23 et 24 janvier 2019 par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview).

Tout savoir sur l’offre « coup de pouce » : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/coup-pouce-economies-denergie-2019-2020

Télécharger l’intégralité de l’étude: https://www.qualit-enr.org/ckfinder/userfiles/files/CP/Sondage%20OpinionWay%20pour%20Qualit’ENR%20-%20Les%20Fran%C3%A7ais%20et%20les%20%C3%A9nergies%20renouvelables%20vague%209.pdf

Post Tagged with ,